Vous recherchez :
  • 8dfca4ec069c3e199e01e402cdc7e598
  • Fa36c22142bab680d18dfcb1553f35b7

Lettre d'information

Pour rester informé, inscrivez vous.

Se désinscrire

Communiqué commun du 31 mai 2018 - La liberté de conscience est à la fois la première des libertés et le premier des remparts contre le fanatisme

Date parution : 31/05/2018


La liberté de conscience est à la fois la première des libertés
et le premier des remparts contre le fanatisme



Tout en empruntant des chemins différents, les obédiences signataires, par essence opposées à tout dogmatisme, affirment travailler à l’amélioration matérielle et morale, au perfectionnement intellectuel et social de l’humanité. Elles ont toutes pour principes la tolérance mutuelle, le respect des autres et de soi-même.

Elles se réfèrent à la liberté absolue de conscience, que ce soit par leur particularité spiritualiste, traditionnelle et ésotérique ou s’engageant à défendre l’idéal laïque et les institutions républicaines.

La situation vécue par la franc-maçonnerie italienne et plus largement par la société transalpine ne peut nous laisser indifférents et le silence ne saurait être de mise face à cette attaque envers les valeurs universelles que nous partageons.

Qu’un code contraire à l’éthique républicaine et humaniste interdise l’accès à un gouvernement démocratique aux francs-maçons est une atteinte lourde de sens et de conséquences aux libertés fondamentales.

Depuis 1945, aucun pays démocratique n’a opposé une appartenance intellectuelle et morale à toute participation gouvernementale. Cette exclusion liberticide n’est pas seulement le fruit d’une alliance conjoncturelle et opportuniste entre des formations politiques instrumentalisant les tensions qui parcourent nos sociétés. L’exclusion des francs-maçons annonce d’autres formes de discriminations et n’est que l’ombre portée de mouvements mortifères s’opposant à la coexistence harmonieuse des individus, en opérant des distinctions de tous ordres, notamment à raison des origines, du genre, des opinions ou des options spirituelles.

Les Obédiences signataires rappellent leur attachement profond à l’idéal républicain de fraternité entre les peuples et les individus, par une mise à distance des préjugés, et en éclairant la politique par la culture.

A travers ses déclarations, la coalition aspirant à gouverner en Italie remet gravement en cause les libertés démocratiques et les garanties constitutionnelles italiennes qui donnent explicitement droit de cité à la franc maçonnerie, elle qui a tant apporté à la Constitution de l’unité du pays et qui a contribué à la reconstruction dans l’après fascisme. Les malversations de certains en Italie n’ont rien à voir avec la grandeur de l’idéal maçonnique.

Les Obédiences signataires rappellent que les principes maçonniques de tolérance et d’adogmatisme sont imprescriptibles et appellent à la plus grande vigilance face au risque d’un retour aux anciennes pratiques d’exclusion et de discrimination des heures les plus sombres de tant de pays européens, et encore combattues dans trop de pays dans le monde.

Elles réaffirment avec la plus grande fermeté leur engagement et le combat de l’humanisme pour que le pacte de la tolérance et de l’amour humain devienne une réalité dans tout pays du Monde.

Pour que la démocratie ne soit pas une parenthèse dans l’histoire, les Obédiences signataires refusent le message violent fulminé à l’encontre de l’ensemble des femmes et des hommes animés par les valeurs humanistes, au premier rang desquelles l’égalité des droits, l’émancipation et l’orientation universaliste.

Le combat pour les libertés doit être permanent et sans cesse recommencé.



Paris, le 31 mai 2018



Obédiences signataires :
Grand Orient de France
Fédération Française du Droit Humain
Grande Loge Mixte Universelle
Grande Loge Mixte de France
Grande Loge des Cultures et de la Spiritualité



Téléchargez le document