Vous recherchez :
  • 6f15f19307069482794480bed5c63a7b
  • 64dd32e4ceda6cf94cfdf8d7b96c69d6
  • Ac7e45211a2b1ef375e60f6f6b250653

Lettre d'information

Pour rester informé, inscrivez vous.

Se désinscrire

Interview sur France Info

Date parution : 07/04/2005

Le Grand Orient de France, via son 1er Grand Maître Adjoint, a été interviewé le 7 avril 2005 sur France Info, quant à la décision de l’Etat de mettre en berne les drapeaux de la République à la suite du décès du Pape Jean-Paul II.

La position du Grand Orient de France a consisté à mettre l’accent sur les points suivants :

1°) Contrairement à ce qu’affirme le Gouvernement français, la seule qualité de relation entre deux Etats ne saurait justifier la mise en berne des drapeaux.

En effet, à la suite de la mort du roi Hassan II, malgré les excellentes relations entretenues entre les deux pays, les drapeaux français n'ont pas été mis en berne.

C'est donc la preuve que la décision prise pour le Pape obéit à d'autres considérations.

2°) Le Vatican est un Etat spécifiquement religieux, constitué par les accords du Latran signés en 1929 par Benito Mussolini. La citoyenneté et des offices ne peuvent être occupés sur décision du Pape.

Sur interrogation du journaliste qui a rappelé que l’Egypte avait mis ses drapeaux en berne, le Grand Orient de France a précisé que contrairement à la France, l’Egypte n’était pas un Etat Laïque. La France s’étant dotée d’une Constitution dont le principe de laïcité est un des piliers, le Président de la République, en acceptant la mise en berne des drapeaux, n’a pas défendu ce principe et a donc manqué à son devoir de garant de l’exécution de la Constitution.